Affections cardiaques

cœur anatomique
Les maladies cardiaques sont l’un des troubles les plus courants chez les chiens et les chats.

Des études rapportent qu’environ 10 % des chiens et 15 % des chats souffrent d’une maladie cardiaque. La majorité des chats souffrent de cardiomyopathies. Chez les chiens, les petites races sont les plus susceptibles de développer une maladie myxomateuse de la valve mitrale (MMVD), tandis que les grandes races ont tendance à développer une cardiomyopathie dilatée.1–4 

Malgré leur affection cardiaque, les chats et les chiens semblent souvent en bonne santé jusqu’à ce que leur cœur présente une défaillance. Il est possible que les premiers stades de la maladie ne soient pas détectés, à moins que les animaux ne soient diagnostiqués lors d’un examen vétérinaire prévu pour une autre raison.1, 5, 6

L’American College of Internal Veterinary Medicine (ACVIM) identifie quatre stades de maladie cardiaque chez les chats atteints de cardiomyopathie ou chez les chiens atteints d’une maladie myxomateuse de la valve mitrale. Chaque stade est basé sur des examens cliniques et échocardiographiques, puis associé à un traitement visant à gérer les signes cliniques. Il est important d’identifier avec précision le stade de la maladie cardiaque pour optimiser le traitement et le pronostic.1, 7  

L’insuffisance cardiaque se réfère aux signes cliniques qui se développent lorsque le cœur ne peut plus pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l’organisme. Une fois que l’insuffisance cardiaque congestive (ICC) se développe, la durée de vie des animaux est considérablement réduite.4, 8, 9

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les recherches qui pourraient aider les vétérinaires à mieux anticiper la progression des maladies cardiaques ou à trouver de nouveaux rôles pour les nutriments chez les animaux souffrant de maladies cardiaques.     

75 % des chiens atteints de maladie cardiaque ont une MMVD et plus de 50 % présentent une CMH < 1% of heart disease is congenital in mixed breed dogs and cats

La plupart des chats souffrant d’une maladie cardiaque présentent une cardiomyopathie hypertrophique (CMH), une maladie du myocarde caractérisée par une hypertrophie ventriculaire gauche qui n’est pas causée par d’autres conditions médicales. Sans échocardiogramme, on rate souvent les signes avant-coureurs chez les chats aux premiers stades de la maladie, car ils peuvent ne pas avoir de souffle cardiaque suspect ou présenter des signes cliniques jusqu’à ce qu’ils développent une insuffisance cardiaque (ICC) ou présentent une paralysie due à une thromboembolie aortique (TEA).4 

Les chats souffrant de CMH sont généralement plus âgés, de sexe masculin et présentent un fort souffle systolique. La plupart sont également des chats de races croisées, bien que certaines races pures, telles que le Maine Coon et le Ragdoll, présentent un risque accru en raison de mutations génétiques sous-jacentes.12

chat roux à poils longs
Stades ACVIM de cardiomyopathie féline

La présentation et l’issue de la cardiomyopathie féline sont extrêmement variables. Toutefois, environ 30 % évoluent vers une insuffisance cardiaque. En général, plus l’hypertrophie auriculaire gauche est grave, plus le risque d’épisodes thromboemboliques artériels (ETA) et d’ICC est élevé.

Les soins prodigués aux chats souffrant d’ICC reposent sur la gestion des signes cliniques tels que l’œdème pulmonaire et le soutien de la fonction cardiaque. Chez les chats, les recommandations diététiques consistent à maintenir l’apport calorique, éviter les friandises ou les régimes riches en sodium, ajouter des acides gras/oméga 3 pour la santé cardiaque et surveiller les taux de potassium sérique.7,13

petit chien

Comme les chats atteints de cardiomyopathie à un stade précoce, les chiens au stade précoce de la maladie myxomateuse de la valve mitrale semblent également en bonne santé. La MMVD est généralement détectée lors d’un examen de routine lorsqu’un souffle systolique apical gauche est observé.1, 5   

 

 

Stades ACVIM du MMVD chez les chiens

La progression de la MMVD est également difficile à anticiper, et l’hypertrophie auriculaire gauche est l’un des indicateurs les plus fiables de l’évolution des maladies cardiaques. Par rapport aux chiens au stade précoce de la MMVD, ceux présentant une insuffisance cardiaque congestive ont des temps de survie plus courts.8, 14–16

La recherche chez Purina

chien

Les biomarqueurs peuvent fournir des indices importants sur la progression de la maladie. Dans des affections cardiaques telles que la MMVD, les stades avancés présentent un risque d’insuffisance cardiaque. Les scientifiques de Purina ont étudié le microARN chez des chiens atteints de MMVD pour évaluer le potentiel de nouveaux biomarqueurs.

Les scientifiques de Purina ont analysé 277 profils d’expression de miARN circulants de chiens à tous les stades de la MMVD, des chiens normaux à ceux souffrant d’insuffisance cardiaque congestive.17 

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, les résultats suggèrent que certains miARN circulants pourraient être des biomarqueurs pour le diagnostic, le pronostic ou le suivi de la réponse au traitement de la MMVD chez les chiens.

Les microARN (miARN) sont de petites molécules d’ARN non codantes qui sont des biomarqueurs non invasifs potentiels pour les maladies cardiaques. 

En utilisant les lignes directrices de l’ACVIM pour définir les stades de la MMVD chez les chiens, les chercheurs ont réparti 18 chiens de différentes races en trois groupes de 6 chiens. 

Les résultats ont montré que les chiens aux stades B, C ou D avaient 11 miARN exprimés de manière différentielle par rapport aux chiens en bonne santé au stade A. 

Parmi les 11 miARN exprimés de manière différentielle, 6 miARN étaient considérablement différents entre les chiens aux stades B1/B2 et ceux aux stades C ou D.

Les changements d’expression génique étaient également plus importants à mesure que la gravité de la MMVD augmentait.

stades de la maladie du chien

Points clés à retenir

  • Le système de classification de l’American College of Veterinary Internal Medicine a identifié quatre stades de maladie cardiaque chez les chats atteints de cardiomyopathies et chez les chiens atteints d’une maladie myxomateuse de la valve mitrale.
  • La progression de la maladie cardiaque peut être imprévisible et les animaux semblent souvent dans un état normal aux premiers stades d’une maladie cardiaque.
  • La découverte de nouveaux biomarqueurs pour la MMVD, tels que le miARN, peut améliorer le diagnostic précoce des chiens atteints de cette maladie cardiaque.

Explorez les domaines de la transformation de la santé cardiaque :

En savoir plus

  1. Keene, B. W., Atkins, C. E., Bonagura, J. D., Fox, P. R., Häggström, J., Fuentes, V. L., Oyama, M. A., Rush, J. E., Stepien, R., & Uechi, M. (2019). ACVIM consensus guidelines for the diagnosis and treatment of myxomatous mitral valve disease in dogs. Journal of Veterinary Internal Medicine, 33(3), 1127–1140.
  2. Buchanan, J.W. Prevalence of cardiovascular disorders. In: Fox P.R, Sisson D.D, Moise N.S, editors. Textbook of Canine and Feline Cardiology: Principles and Clinical Practice. 2nd ed. Philadelphia, PA: WB Saunders; 1999. pp. 457–470.
  3. Payne, J. R., Brodbelt, D. C., & Luis Fuentes, V. (2015). Cardiomyopathy prevalence in 780 apparently healthy cats in rehoming centres (the CatScan study). Journal of Veterinary Cardiology: the official journal of the European Society of Veterinary Cardiology, 17 Suppl 1, S244–S257.
  4. Fox, P. R., Keene, B. W., Lamb, K., Schober, K. A., Chetboul, V., Luis Fuentes, V., … Tachika Ohara, V. Y. (2018). International collaborative study to assess cardiovascular risk and evaluate long-term health in cats with preclinical hypertrophic cardiomyopathy and apparently healthy cats: The REVEAL Study. Journal of Veterinary Internal Medicine, 32(3), 930-943.
  5. Côté, E., Edwards, N.J., Ettinger, S.J., Fuentes, V.L., MacDonald, K.A., Scansen, B.A., Sisson, D.D., & Abbott, J.A. (2015). Management of incidentally detected heart murmurs in dogs and cats. Journal of Veterinary Cardiology, 17(4), 245–261.
  6. Loughran, K. A., Rush, J. E., Rozanski, E. A., Oyama, M. A., Larouche-Lebel, É., & Kraus, M. S. (2019). The use of focused cardiac ultrasound to screen for occult heart disease in asymptomatic cats. Journal of Veterinary Internal Medicine, 33(5), 1892-1901.
  7. Luis Fuentes, V., Abbott, J., Chetboul, V., Côté, E., Fox, P. R., Häggström, J., Kittleson, M. D., Schober, K., & Stern, J. A. (2020). ACVIM consensus statement guidelines for the classification, diagnosis, and management of cardiomyopathies in cats. Journal of Veterinary Internal Medicine, 34(3), 1062–1077.
  8. Borgarelli, M., & Buchanan, J.W. (2012). Historical review, epidemiology and natural history of degenerative mitral valve disease. Journal of Veterinary Cardiology, 14(1), 93–101.
  9. Rush, J. E., Freeman, L. M., Fenollosa, N. K., & Brown, D. J. (2002). Population and survival characteristics of cats with hypertrophic cardiomyopathy: 260 cases (1990–1999). Journal of the American Veterinary Medical Association, 220(2), 202–207.
  10. MacDonald, K. Feline cardiomyopathy. In: Smith, F.W.K., Tilley, L.P., Oyama, M.A., & Sleeper, M.M, editors. Manual of Canine and Feline Cardiology. 5th ed. Saint Louis, MO: Elsevier; 2016. pp. 153.
  11. Schrope, D. P. (2015). Prevalence of congenital heart disease in 76,301 mixed-breed dogs and 57,025 mixed-breed cats. Journal of Veterinary Cardiology: the official journal of the European Society of Veterinary Cardiology, 17(3), 192–202.
  12. Gil-Ortuño, C., Sebastián-Marcos, P., Sabater-Molina, M., Nicolas-Rocamora, E., Gimeno-Blanes, J. R., & Fernández Del Palacio, M. J. (2020). Genetics of feline hypertrophic cardiomyopathy. Clinical Genetics, 10.1111/cge.13743.
  13. Freeman, L. M. & Rush, J. Nutrition in Cardiovascular Disorders. In: Smith, F.W.K., Tilley, L.P., Oyama, M.A., & Sleeper, M.M, editors. Manual of Canine and Feline Cardiology. 5th ed. Saint Louis, MO.: Elsevier; 2016. Pp. 394–403.
  14. Ettinger, S. J., Benitz, A. M., Ericsson, G. F., Cifelli, S., Jernigan, A. D., Longhofer, S. L., Trimboli, W., & Hanson, P. D. (1998). Effects of enalapril maleate on survival of dogs with naturally acquired heart failure. The Long-Term Investigation of Veterinary Enalapril (LIVE) Study Group. Journal of the American Veterinary Medical Association, 213(11), 1573-1577.
  15. Häggström, J., Boswood, A., O'Grady, M., Jöns, O., Smith, S., Swift, S., … DiFruscia, R. (2008). Effect of pimobendan or benazepril hydrochloride on survival times in dogs with congestive heart failure caused by naturally occurring myxomatous mitral valve disease: the QUEST study. Journal of Veterinary Internal Medicine, 22(5), 1124-1135.
  16. Mattin, M. J., Boswood, A., Church, D. B., McGreevy, P. D., O'Neill, D. G., Thomson, P. C., & Brodbelt, D. C. (2015). Degenerative mitral valve disease: Survival of dogs attending primary-care practice in England. Preventive Veterinary Medicine, 122(4), 436–442.
  17. Li, Q., Freeman, L. M., Rush, J. E., & Laflamme, D. P. (2015). Expression Profiling of Circulating MicroRNAs in Canine Myxomatous Mitral Valve Disease. International Journal of Molecular Sciences, 16(6), 14098–14108.